Slow life à Paris


Avant d’arriver ici, tout le monde nous racontait combien Paris était une ville agréable en été. Un peu vide. Un peu chaude. Un peu plus calme que le reste de l’année.
Pour le « un peu chaude » on repassera, la canicule nous a aussi bel et bien frappés mais j’avoue adorer ça malgré tout.

Alors je profite de ces semaines de « plus calme » pour couper mes journées en deux. Travail le matin, maison et repos l’après-midi. On ne partira finalement pas en « vacances », ce corps de femme enceinte ne le permet plus mais on profite de chaque instant dans cette nouvelle vie pour construire le futur.

Je me surprends aussi à ne porter que des robes « faciles ». Ce genre d’assemblages de tissus, amples ou près du corps qui se suffisent à eux-mêmes. Une paire de boucles d’oreilles et mes sandales du moment. Je n’ai besoin de rien d’autre pour être bien. Au contraire. Une tendance à vouloir respecter le « less is more ». Ne pas prétendre porter autre chose que des tenues simples et pratiques. Le plaisir de n’avoir que des tissus légers et charmants sur ma peau. Une douceur parfaite dans cette environnement chaud et ensoleillé.
Alors que ce soit la ville, mon activité ou mes tenues, tout est au ralenti. Tout est tourné vers le profit de l’instant. Sans stress, sans pression. La slow life dont j’ai besoin avant l’arrivée de bébé. Ces quelques dernières semaines de vie encore à deux. A deux, avant de devenir une douce famille de trois (voire quatre avec le chat d’amour).

— MA TENUE —

 

Comments

comments

Auteur : safiavendome

Vivre au delà de ce qui est commun et attendu. C'est ca qui me fait plaisir. FB, TW, Insta: Safiavendome

LES COMMENTAIRES
  1. Safia, je te suis depuis plusieurs années sans n’avoir jamais écrit… L’occasion aujourd’hui de te dire qu’un rien te va… et que je suis admirative devant la façon dont tu gères ta grossesse : tu as l’air si épanouie, douce, et sereine… j’espère te ressembler quand mon tour arrivera 😀

  2. Je souris à l’évocation de ton chat. Mes collègues me disaient que je ne le regarderai plus mon chat adoré dès l’arrivée du bébé, je laissais dire pas franchement convaincue, et de fait, l’amour infini ressenti pour mon petit garçon n’a pas altéré ma relation particulière à ce chat chéri qui me suit comme mon ombre. Et le chat en question et mon petit garçon s’adorent.
    Oui, une famille de trois!

LAISSER VOTRE COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *